Mes études de médecine

L’externat en médecine : le vivre et le réussir.

Vous êtes nombreux à me poser beaucoup de questions à propos de l’externat en médecine

 » Comment organiser ses révisions ? A partir de quels supports travailler ? Comment garder la motivation ? « 

Même s’il est évident que chaque étudiant vit cette période à sa manière, je vais vous raconter comment ça s’est passé pour moi, comment je me suis organisée… Et avec quelques mois de recul, j’ai analysé les faiblesses dans ma méthode de travail. 

L’externat c’est quoi ?

Il s’agit de la période englobant les 4eme, 5eme et 6eme année de médecine : trois années de préparation intense au concours national de l’internat, alias ECNi. C’est aussi un nouveau statut en stage hospitalier, celui d’externe, qui vous offre une (petite) paie.

La 4ème année de médecine alias D2 : c’est le début de l’externat ( et des galères )

Je pense que je n’ai pas réalisé tout de suite la charge de travail qui incombait à cette 4eme année… Ainsi je vous conseillerai de vous mettre au travail et ce intensément dès le début de l’année. C’est aussi le moment de définir et d’affiner votre méthode d’apprentissage.

Mon organisation : 
J’ai travaillé sur des fiches, faites à la main, à partir de mon cours afin de résumer les notions importantes et d’ajouter des schémas, des tableaux… mais je me suis vite retrouvée avec beaucoup fiches dont certaines traitant le même chapitre. Je passais beaucoup de temps à essayer d’apprendre mon cours et je n’ai fais que très peu d’exercices type ECN en D2.
J’ai préféré ne pas souscrire à une prépa privée et je pense que c’était une bonne idée car ce n’est pas très utile en D2.

Comment j’aurai pu m’améliorer :
Faire des fiches, pourquoi pas mais à l’ordinateur c’est mieux ! Plus rapide à faire, facilement modifiables selon les évolutions des recommandations, vous gagnerez beaucoup de temps à vous faire une seule fiche par item ( et pas une fiche par matière ). Un exemple concret : l’hypertension artérielle est un chapitre traité en cardiologie, en endocrinologie, en médecine interne… Réalisez une fiche sur l’hypertension à partir de votre cours de cardiologie sur ordinateur, que vous compléterez avec les notions d’endocrinologie et de médecine interne quand vous étudierez ces collèges.
Je vous conseille aussi de commencer tout de suite à faire des exercices/ dossiers type ECN afin de vite comprendre quelles sont les notions clés. Vous progresserez et vous retiendrez mieux les informations importantes. Vous en trouverez à la fin des collèges ou sur des sites d’entrainements type ECN.

C’est aussi le début de votre externat hospitalier : vous endossez un rôle plus important à l’hôpital en étant pleinement intégré à l’équipe. Les stages sont l’occasion de découvrir différentes spécialités et d’approfondir ses connaissances pratiques : ne les négligez pas.

 Réviser pendant l’été entre la D2 et la D3 ?

NON, je pense qu’il n’est pas indispensable de réviser entre la 4eme et la 5eme année de médecine… vous avez mieux à faire ! C’est l’occasion de réaliser un stage à l’étranger ou dans les DOM TOM et de profiter un peu ! Si vous culpabilisez de ne pas travailler ou si vous vous ennuyez, les deux mois d’été vous laissent le temps de reprendre vos fiches/cours les moins aboutis pour les peaufiner ou pour appronfondir vos connaissances. Vous pouvez aussi commencer à travailler une matière au programme de l’année suivante…

La 5ème année : un tournant pour la préparation des ECNi.

Cette D3 fut épuisante ! J’ai été vite submergée par la quantité de travail à fournir dans un laps de temps, pour moi, trop court. J’ai donc dû privilégier certaines matières face à d’autres et ça m’a beaucoup pénalisée en dernière année où j’ai eu beaucoup de difficultés à retenir les chapitres que j’avais auparavant « survolés ».
Je vous conseille d’attaquer effectivement et assidûment vos cours, dès la mi août.

Par ailleurs, il peut être difficile de garder la motivation face à l’épuisement physique et psychique et au sentiment de ne rien connaître de vos cours. Tenez bon jusqu’à l’été et rassurez vous : les pièces du puzzle s’assembleront peu après.
C’est aussi le bon moment pour s’inscrire dans une prépa privée qui vous offrira la possibilité de s’entraîner au concours des ECNi au travers des conférences et de poser des questions aux internes. Le coût d’une année varie entre 700 et 1500 euros selon les options choisies.

Réviser l’été entre la 5eme et la 6eme année ?

OUI et OUI… enfin une petite nuance : si vous visez le haut du classement aux ECNi, je vous conseille de travailler pendant votre été.
Pour quoi faire ? Personnellement, j’ai décidé de reprendre et de refaire les fiches de deux matières de 4eme année que j’avais déjà oubliées. Avec le recul je me rends compte que j’aurai également dû revoir les matières de 5eme année que j’avais un peu mises de coté…
Mais si vous vous sentez à l’aise avec vos cours de 4eme et 5eme année, vous pouvez déjà commencer à apprendre les dernières matières et prendre ainsi une longue d’avance sur les autres étudiants.
Je vous inciterai quand même à prendre quelques vacances bien méritées afin de vous reposer avant de commencer le long marathon de la D4 !

La D4, 6eme et dernière année de l’externat : c’est maintenant ou jamais.

Je connais plusieurs étudiants qui ont mis les bouchées doubles pour progresser et atteindre les tops aux ECNi… ce qu’ils ont fait !!!
Un seul mot d’ordre pour bien commencer sa D4 : fixez vous un objectif raisonnable de classement à l’examen national classant ( quand je dis raisonnable cela signifie effectivement atteignable ) qui vous permettera de choisir la spécialité dont vous rêvez. Je me suis fixée d’être dans les 4000 premiers pour ma fierté personnelle et pour être bien classée dans ma promotion de médecine générale. J’ai donc travaillé régulièrement, intensément, mais quand même un peu moins que certains autres étudiants qui s’étaient fixés un objectif plus haut, il est vrai.

Comment réussir ? En étant organisé et efficace !

Faites vous un planning de révisions jusqu’au mois de janvier afin de ne mettre de côté aucun item et organisez vos semaines entre les révisions de cours, les journées de stages, les conférences et les entrainements à l’ECN en ligne.

Mon organisation :
J’ai commencé l’année en révisant les chapitres de 4ème année jusqu’a mi octobre, puis j’ai travaillé les dernières matières au programme, avant de revoir celles de 5eme année. J’avais prévu de terminer mon premier tour de révisions fin janvier, mais je ne l’ai réellement terminé que fin février… Puis j’ai continué sur un deuxième tour de révisions, jusqu’à mi mai. Et enfin un troisième tour le dernier mois avant les ECN en ciblant les items les plus importants et en revoyant les notions que j’avais du mal à retenir. Je participais à trois conférences par semaine, les soirs, et faisais quelques exercices en ligne.

Ce que j’aurai dû faire pour m’améliorer :
Je me suis beaucoup concentrée sur mes cours, en laissant trop de coté les exercices types. Or je pense qu’il est ESSENTIEL de faire un maximum de conférences et d’exercices (DP, QI) pendant son externat et ce pour plusieurs raisons :
– la répétition des notions va vous aider à mieux les retenir.
– vous allez remarquer que certaines informations que vous pensiez obsolètes/inutiles sont au contraire importantes
– vous allez vous habituer à la gymnastique des DP
De même, je regrette d’avoir survolé certaines matières qui, je pensais, ne tomberaient pas à l’examen final : par exemple, la santé publique ou l’anatomopathologie…( je n’ai jamais ouvert un seul livre d’anapath ni répondu à aucune question sur le sujet et pourtant nous avons eu plusieurs questions… ). Ce sont mes seuls regrets à posteriori.

 Quelques conseils pour bien vivre cette dernière année d’externat  :

Peut être que cela vous étonnera mais j’ai mieux vécu ma D4 que ma D3 ! Hormis les derniers examens universitaires en novembre, et le passage du CSCT ( oral de pratique ) la 6eme année se retrouve être une année assez « flexible », où vous pouvez vous organiser comme bon vous semble pour vos révisions : choisir votre lieu de travail, définir vos horaires, choisir de lire vos cours ou de faire des exercices selon votre motivation.

Aller en stage ? Oui c’est mieux. Les stages sont l’occasion de « sortir la tête » des révisions et de poser des questions aux médecins. Certains étudiants préfèrent mettre de coté les stages ou choisir des stages avantageux afin de privilégier leurs révisions mais je ne suis pas de cet avis. N’oubliez pas que vous serez bientôt médecin et beaucoup de choses ne s’apprennent pas dans les livres : le contact, l’empathie, l’écoute, l’adaptation… Les stages sont aussi le moment de découvrir les spécialités qui pourraient vous plaire.

Comment rester en forme physique et psychique durant ces 3 années intenses :

Si je puis vous donner UN SEUL CONSEIL, ce serait de mettre en place un rythme de vie qui vous convient.

J’ai personnellement décidé de reprendre une routine sportive. En effet le sport a été un élément fondamental à mon bien être : il m’a permise d’évacuer les tensions, de me vider la tête et de garder la forme physique face à des journées passées assises sur une chaise…  En moyenne deux à trois fois par semaine, j’ai alterné les plaisirs entre course à pied, salle de fitness et musculation, et je me suis souvent entraînée avec mon groupe d’amies, pour transpirer dans la bonne humeur.

Faites vous plaisir dans votre alimentation tout en préférant une alimentation équilibrée. Un plat réconfortant égaillera votre journée, croyez moi 😉 Vous pouvez trouver des encas sains pour combler les petits creux dans vos révisions : amandes ( mes préférées ), noix, fruits…

Quant au sommeil, ne le délaissez pas ! Votre cerveau a besoin de se reposer comme tout muscle qui travaille beaucoup. Et on voit souvent les choses sous un meilleur angle avec une bonne nuit de sommeil… 
Je suis une couche tard – lève tard, j’avais donc décidé de me reposer le matin quitte à travailler tard le soir…

Je me répète mais c’est chacun son rythme !

Se remotiver quand on n’a plus envie : [mks_icon icon="fa-bolt" color="#000000" type="fa"]

Tous les étudiants passent par des phases de découragement, de démotivation… rassurez vous, vous n’êtes pas les seuls ! N’hésitez pas à en parler avec vos amis proches qui sauront vous soutenir et vous encourager. Evitez de vous isoler, et au contraire travaillez en groupe, cela vous permettra de garder le rythme même dans les moments compliqués.

Si vous ressentez le besoin d’un petit break, d’une grasse matinée ou d’une sortie entre amis, faites le et ne culpabilisez pas ! Vous vous sentirez mieux et vous reprendrez les révisions avec plus d’entrain.

Enfin, n’oubliez pas ce pourquoi vous travaillez : gardez en tête vos objectifs et rappelez vous que ce que vous aimez le plus dans la médecine.

 Si vous avez d’autres questions sur l’externat de médecine, posez les en commentaire et je vous répondrai.

Je vous envoie beaucoup d’ondes positives. A tous les étudiants ambitieux, motivés, impliqués, ne lâchez rien. Vous serez fiers de vous, quoi qu’il arrive et c’est le plus important. 

Et n’oubliez jamais que le classement aux ECNi ne définit pas quel médecin vous serez ! Vous avez toute votre carrière pour devenir le meilleur soignant envers vos patients. 

12 commentaires pour “L’externat en médecine : le vivre et le réussir.

    1. Marine Post author Répondre

      Sides et Ecni sur le web et les exercices à la fin des collèges ( tu peux aussi trouver des exercices des collèges en ligne, comme en pneumo par exemple ). Bon courage !!!

  1. Clém Répondre

    Merci beaucoup pour ce super article, qui en tant qu’étudiante en P2 me permet d’avoir un petit aperçu de l’externat 🙂
    Petite question, que penses tu de la réforme à venir sur les ECN?
    Merci d’avance pour ta réponse !

    1. Marine Post author Répondre

      Bon courage pour ta P2 ! Je pense que la réforme n’est pas encore assez claire pour être certain qu’elle sera bénéfique. Mais les ECN ajdh tels qu’ils sont, ne permettent pas une sélection qui me semble juste, car un médecin devrait être évalué sur sa capacité à savoir être avec les patients. Bises 🙂

  2. Faustine Répondre

    Bonsoir Marine,
    Je ne suis pas étudiante en médecine, seulement en diététique, mais ton article me donne envie de travailler davantage et d’aller jusqu’au bout !
    Merci et bon courage pour la fin de ton parcours ☺️

  3. Julie Vermesse Répondre

    Bonjour Marine ! Moi qui suis toute jeune externe depuis quelques jours, cet article m’a beaucoup plu ! Je voulais avoir une petite info concernant les fiches que tu conseilles de faire à l’ordi : doivent-elles faire plusieurs pages ? Difficile de synthétiser au maximum, j’ai envie de mettre tout l’item dans ma fiche ! Comment tu savais quoi mettre et quoi ne pas mettre dans ta fiche ? Merci d’avance de ta réponse, bonne continuation !

    1. Marine Post author Répondre

      Tes fiches peuvent faire plusieurs pages ce n’est pas un problème mais le but d’une fiche c’est quand même de synthétiser ! Si tu ne sais pas encore quelles connaissances te seront réellement utiles pour le concours et pour la pratique, tu pourras modifier tes fiches pendant tes révisions. Avec les exercices et avec les relectures, tu te rendras compte de ce qui est le plus important.

  4. fn Répondre

    Bonjour Marine !
    Tout d’abord, félicitations pour ton parcours !
    J’aimerais en savoir plus à propos de ton organisation et ta méthode de travail : est-ce que tu utilisais un code couleur pour tes fiches ? est-ce que ton Mikbook t’a été utile, le recommanderais-tu, et si oui, comment s’en servir ?
    Merci ton partage d’expérience !

    1. Marine Post author Répondre

      Merci 🙂 oui un code couleur pour les fiches mais c’est à toi de le définir ! J’ai acheté le Mikbook mais je ne l’ai pas utilisé car comme je l’ai décris j’avais déjà beaucoup de fiches et je trouve que le Mikbook est trop résumé. Il peut servir pour réviser les points les plus importants d’un item ( comment faire le diagnostic et traitements ). Certains l’ont adopté et l’ont apprécié, mais ce n’est pas mon cas 😉

    2. Marine Post author Répondre

      Merci 🙂 oui un code couleur pour les fiches mais c’est à toi de le définir ! J’ai acheté le Mikbook mais je ne l’ai pas utilisé car comme je l’ai décris j’avais déjà beaucoup de fiches et je trouve que le Mikbook est trop résumé. Il peut servir pour réviser les points les plus importants d’un item ( comment faire le diagnostic et traitements ). Certains l’ont adopté et l’ont apprécié, mais ce n’est pas mon cas 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *