Tag: mesetudesdemedecine

Mes études de médecine

Les études de santé : mes (quelques) conseils pour réussir la PACES

S’inscrire en première année des études de santé c’est bien, la réussir c’est mieux ! Or la PACES est une année difficile, vous l’avez tous entendu maintes et maintes fois ( ça me déprime tient ! ) intellectuellement et psychologiquement… Je ne vais pas le nier mais vous pouvez aussi en garder de bons souvenirs. Parce que vous me l’avez beaucoup demandé, je vous donne ici quelques petits conseils que je pense être utiles pour bien appréhender la P1. Attention ce sont mes petits conseils relatifs à ma propre expérience, ils ne peuvent donc pas correspondre à tous les profils d’étudiants

Pourquoi est ce une année particulièrement compliquée ?

Vous avez hâte de commencer les études supérieures  ? Moi aussi, j’avais hâte mais la P1 n’est pas une partie de plaisir. Pourtant, après avoir trouvé mon équilibre, je l’ai bien vécue. Si si je vous jure 🙂 #cenestpassiterrible #onrigolebienenamphi 

  PETIT MENSONGE  : on nous dit que « c’est l’année la plus difficile, le plus dur est fait »… C’est un petit mensonge enrobé pour éviter que nous ne paniquions avant l’heure. N’est ce pas les D3, D4 ? Les études de santé ( et plus particulièrement de médecine ) sont un vrai #marathon ! Mais ce marathon est de plus en plus intéressant et absolument passionnant, donc nous n’avons plus envie d’arrêter de courir ! 

1/ S’adapter en grande pompe au fonctionnement de la faculté : vous vous retrouvez en faculté, dans de graaaaaands amphithéâtres où les cours ne se déroulent pas du tout de la même manière qu’au lycée ce qui peut être un peu perturbant. En effet, nous sommes très nombreux dans les amphi : jusqu’à 500 étudiants, pas tous concentrés. Je vous laisse imaginer le bruit ambiant ( mais « il y a de l’ambiance » ça c’est certain ! #oyéyiiiiihaaaa ). Il vous faudra une force de caractère et de la motivation pour ne pas vous laisser distraire, d’autant plus quand les professeurs ne sont pas présents dans l’amphi et que leur cours est retransmis en direct par visioconférence. Vous n’aurez pas « de devoirs » mais beaucoup de travail personnel, en autonomie. 

2/ La PACES a pour but de sélectionner les futurs étudiants en santé par un concours : seuls 22 % environ auront une place en deuxième année tous secteurs confondus. Il s’agit donc bien d’être meilleur que les autres au concours ! Or cette échéance engendre beaucoup de compétition et de stress au sein des étudiants. Ainsi l’ambiance de travail est parfois tendue. Il faut trouver son équilibre entre « travailler le plus et le mieux possible » et « ne pas craquer ».

3/ La quantité de travail est bien au-delà de ce que vous connaissez déjà. Incomparable au lycée. Vous aurez beaucoup de nouvelles notions à apprendre et à mémoriser précisément. Les questions qui vous seront posées aux examens sont pointues, ciblées voire piégeuses. Le concours repose sur des QCM, nouveau mode d’interrogation auquel il faudra  s’adapter.

 Mes petits conseils 

Lors des cours : bien se placer dans l’amphithéâtre, sans forcément se mettre au premier rang ;), mais cela vous aidera à bien entendre le professeur et éviter les distractions. Un dictaphone peut vous servir de support pour éviter de tout noter dans la précipitation et vous permettra de réécouter vos cours plus calmement. Pensez à noter sur votre feuille l’heure de l’enregistrement ou de l’explication que vous avez manquée. Seul bémol : l’écoute va vous prendre du temps… Essayez au maximum d’avoir une prise de note lisible, aérée, organisée avec des titres, utilisez des abréviations et reprennez toujours les mêmes. 

Supporter le stress : Trouvez vous un groupe d’amis ( de vrais amis ! ) et soutenez vous ! Il est indispensable de travailler en groupe pour pouvoir se poser des questions et s’échanger des supports de cours, des schémas… Cependant comprenez bien que chacun travaillera à son rythme donc rien ne sert de se comparer aux autres ! #dontpanic.  J’étais moi même souvent « en retard » par rapport aux autres car je prenais beaucoup de temps à essayer de comprendre mon cours, parfois plusieurs heures sur un même chapitre. Quant aux manières de gérer son stress, elles sont propres à chacun. Pour ma part, le stress me pousse à avancer, je l’ai donc vécu comme un moteur. Cependant à l’approche des examens, une bonne hygiène de vie peut vous aider : faites du sport pour atténuer vos angoisses, éviter les excitants en fin de journée pour passer une nuit paisible ou encore essayez l’homéopathie. Enfin comprenez bien que tous les étudiants sont stressés à l’approche des concours : vous ne serez jamais prêt et vous n’êtes pas le seul !

Pour un apprentissage efficace :

  • Ecoutez un maximum en cours pour ceux qui en ont besoin.
  • Commencez à travailler sérieusement DES LA RENTREE, voire avant.
  • En effet il existe des « pré-rentrées » proposées par des prépa privées, voire même des cours dès la terminale.
  •  Trouvez votre méthode de travail :

chez vous ou à la bibliothèque : à vous de choisir un lieu mais je ne saurai que vous conseiller de travailler dans un endroit dédié : dans un établissement privé type prépa ou bibliothèque, il est rassurant/motivant de voir d’autres étudiants travailler pendant des heures ! Et vous pouvez faire des pauses cafés sociales. 

au calme : globalement plus efficace même si certains écoutent de la musique en travaillant…

éteignez votre portable, tout bête mais efficace. Evitez tout ce qui vous empêche de rester concentré.

synthétiser vos cours pour pouvoir les relire rapidement en fin d’année à l’approche des concours. A vous de décider si vous avez besoin de fiches. Il existe aussi beaucoup de livres de résumé.

faites des pauses quand vous sentez que vous n’êtes plus concentré. Aller prendre l’air et les UV, ça vous donnera un teint moins pâle. 

  • Le plus important selon moi n’est pas d’apprendre par cœur « bêtement » mais bien de comprendre !  Comprendre = intégrer une logique = retenir et retrouver = faire des rapprochements entre plusieurs notions. 

 

D’ailleurs : Prépa or not prépa 

Des établissements privés préparatoires aux concours de PACES, comme leur nom l’indiquent, vous proposent un soutien et un entraînement tout au long de votre première année pour vous aider à la réussir.

Leurs atouts :

1/ Les entraînements aux QCM type concours. Chaque semaine vous vous entraînez à répondre aux « colles » en condition réelle ce qui aide à adopter les bons réflexes pour le concours. Vous êtes classés entre étudiants de la prépa ce qui vous offre un aperçu de votre niveau. Il est ESSENTIEL de s’entraîner un maximum aux QCM en P1, certaines questions étant incontournables. Il existe des livres d’entrainement aux QCM que vous pouvez trouver en librairie ou à la bibliothèque. #sentrainerencoreetencore

2/ Un lieu de travail : attention à bien visiter les locaux, les meilleures prépa ont des espaces réservés pour les P1.

3/ Les cours supplémentaires et/ou les supports de cours : certaines prépa vous distribuent les polycopiés des cours de première année, tous jolis, propres, bien reliés : un vrai luxe qui vous permet de compléter vos notes et même d’avoir les cours en avance ! D’autres offrent aussi des cours complémentaires ou des sessions de questions/réponses. Attention cependant à se renseigner sur les conférenciers ( étudiants en année sup, internes ou professeurs extérieurs ? ).

4/ Ces établissements privés proposent enfin des semaines de pré-rentrée, quelques jours ou semaines avant la faculté, pour permettre de découvrir les matières et surtout rencontrer d’autres étudiants. Je trouve ce système très intéressant pour se mettre rapidement dans le bain et faire connaissance avec les autres, je le recommande. 

Les inconvénients :

1/ Le prix, astronomique et parfois obstacle incontournable pour les familles. Différentes prépa existent : renseignez vous bien sur les établissements présents dans votre ville. Voici quelques exemples de tarifs à Lyon, en moyenne compter 2000-2500 euros de budget « PACES » :

Dans une certaine prépa A…2100€ l’année pour un pack classique (entrainements, concours blancs, supports de cours, accès aux salles de travail) ou 2500€ avec les cours supplémentaires, ou encore 1100€ supplémentaire pour un pack pré-rentrée !

Dans une autre prépa M…1290€ pour le pack 1er semestre incluant les cours, 1170€ le deuxième semestre, avec des options ( matières de spécialités )…

 Vous trouverez beaucoup d’informations sur internet et je vous conseille de vous renseigner rapidement car il existe des prépas « élitistes » acceptant des étudiants sur dossier avec des délais d’inscription très précoces ! Ces établissements organisent des portes ouvertes à certaines dates de l’année alors profitez en !

Le complément ou l’alternative : Les tutorats gratuits organisés par la faculté !

Le tutorat organisé par la faculté offre accès à tous les étudiants aux entrainements hebdomadaires type QCM. Gratuits (à Lyon), rédigés par les étudiants et corrigés par les professeurs, ils ciblent donc plus les notions abordées en cours et vous permettent d’être classé parmi une majorité d’étudiants. Aujourd’hui le système de colles est proposé dans pratiquement toutes les facultés de France. OUF ! #tutorat

Vie sociale : Oui, mais quand ?

On me demande souvent si on « n’a pas de vie » en P1 ce qui me fait beaucoup rire ( l’expression, pas le souvenir…). En effet si vous voulez réussir, mieux vaut accepter de changer vos habitudes et limiter les sorties. Pas de soirée en milieu de semaine, sauf peut être LA soirée d’intégration A NE PAS MANQUER, ne serait ce que pour vivre les clichés des soirées médecine. #lelacduconnemara 😉 

 Ma semaine type :  

8h-12h cours avec un petit café pour se réveiller. 12-13h pause déjeuner. 13h rdv à la prépa pour réviser. Fin vers 20h, 21h voire 22h selon votre état de fatigue et votre quantité de travail… Un bon repas pas trop gras ni trop sucré le soir. 23h maximum au lit !

Au programme des révisions : les cours du jour précédent si je n’ai pas eu le temps de les revoir ou les cours du jour. Mon but 1er : réécrire un cours compréhensible, propre, avec des schémas et des explications. Comment ? Utilisation du dictaphone grâce aux annotations de l’heure sur mes cours, livres et diapos en ligne. Avec deux ou trois petites pauses de 15 min dans la journée. But 2nd : Apprendre mes cours lorsqu’ils sont complets. + Faire des exercices type QCM quand j’ai relu deux ou trois fois le chapitre/la matière correspondant.

+ 2 soirs hebdomadaires : 1 colle organisée par la prépa privée et 1 colle par la faculté.

+ un cinéma ou un jogging de temps en temps + des moments en famille ou entre amis pour décompresser.

Le weekend : révisions des cours de la semaine et plus particulièrement des matières qui seront posées en colles la semaine prochaine.

 Le secret pour bien vivre sa PACES : trouver son équilibre ! Travaillez suffisamment pour prétendre réussir le concours, sans compter les heures, mais prenez du temps pour vous aérer l’esprit. Sport, balade en plein air, sorties entre amis vous aideront à décompresser et à penser à autre chose ( pas trop tardives ni trop arrosées si vous voulez être d’attaque le lendemain pour apprendre vos cours ). Déprimer est le meilleur moyen de se décourager et de rater sa P1 ! Personnellement, je sortais avec mes amis les samedis soirs mais je m’astreignais à des horaires stricts : 21h-minuit. #goodbalance

Et…relativisez ! N’oubliez pas que vous avez la possibilité de redoubler votre année et que de nombreux autres cursus sont accessibles après une PACES.

Bon courage à tous les P1 qui passeront très bientôt leur concours ! Que la force soit avec vous ! N’oubliez pas de vous reposer avant le jour J…vous serrez plus attentif aux pièges des énoncés, plus rapide et plus concentrés. #GoodLuck 

Vous êtes nombreux à me poser des questions sur les études de médecine : Qui, Où, Combien, Comment ? Je vous propose différents petits articles pour essayer de vous éclairer sur la question du...

Petite histoire d’externe : Quand les patients nous remercient… … les hésitations, les galères, les petits coups de moins bien de la journée s’effacent. D2 Service des Urgences...

Médecine, une vocation ? Quand j’étais petite je voulais devenir chirurgienne…et archéologue, hôtesse de l’air, architecte et championne de gymnastique. Ah les rêves...